Arbre à chat : quel intérêt pour votre chat ?
8 février 2018
Les bases de la communication canine : les signaux d’apaisement
8 mars 2018
Montrer Tout

Quand l’attachement évolue vers un hyper attachement : quelles conséquences psychologiques pour l’animal ?

Quand l’attachement évolue vers un hyper attachement : quelles conséquences psychologiques pour l’animal ?

 

Comment aimez-vous votre animal ? De tout votre cœur, je n’en doute pas.

Savez-vous si vous êtes en hyper attachement avec lui ? Connaissez-vous les répercutions sur son comportement ?

L’attachement est un lien affectif profond qui s’établit entre l’animal et la personne qui en prend soin. La plupart des propriétaires sont très attachés à leur chiot; réciproquement, le chiot s’attache aussi à eux. Ce lien avec le chiot se développe assez rapidement car il parait vulnérable comme un bébé humain. Les propriétaires lui offrent ce dont il a besoin, que ce soit de la nourriture, des câlins, des jeux, des sorties. Comme ils répondent à ses besoins, il apprend qu’il peut leur faire confiance et s’en remettre à eux pour son confort. Un lien d’attachement sécurisant est pour lui la base qui va lui permettre d’explorer le monde tout en sachant qu’il peut revenir vers une personne sûre.

 

 

A l’état naturel, l’attachement va déclencher le processus d’imprégnation du chiot vers la 3e semaine qui correspond à l’apprentissage de l’espèce à laquelle il appartient. Il va commencer par s’attacher à sa mère et ce lien est primordial pour son bon développement. Entre la 4e et la 12ème semaine, il s’attache davantage à sa mère et peut être très angoissé en son absence. Sa mère, qui est son être d’attachement, le sécurise et l’apaise, ce qui va lui permettre d’explorer son environnement sans anxiété.

Au moment du sevrage, la mère commence le processus de détachement et le termine à la puberté au alentour de 6 mois. Il est nécessaire pour que le chiot devienne adulte qu’il s’attache à tous les membres de la meute évitant ainsi l’anxiété de séparation.

L’âge légal pour adopter un chiot est de 8 semaines, il n’a donc pas encore terminé le détachement avec sa mère. Il va automatiquement s’attacher à un membre de la famille d’adoption qu’il considérera comme son nouvel être d’attachement. C’est ce qu’on appelle le second attachement primaire. L’humain va devoir procéder à cette seconde phase de détachement, ce qui est, très souvent, non accompli par méconnaissance, engendrant ainsi des problèmes de comportements.

 

 

 Il existe donc deux formes d’attachement chez le chien : l’attachement primaire et l’hyper attachement :

Le premier est naturel, il unit le chiot à sa mère.

Le second est excessif et peut exister entre un chien et son maître. En apparence, il semble être un modèle d’affection mais en réalité, il se révèle inadapté et a pour conséquence directe un grand nombre de problèmes comportementaux.

Nous allons donc nous intéresser à celui que bon nombre de propriétaires vivent au quotidien, l’hyper attachement.

On parle d’hyper attachement envers son maître quand il y a une réelle dépendance affective avec lui. Le chien le suit en permanence et ne s’apaise que lorsqu’il est avec lui. Les séparations sont des épreuves difficilement gérables pour le chiot. Il y a à ce stade un risque de développement de problèmes comportementaux liés à l’anxiété qu’on nomme anxiété de séparation. Il recherche en permanence le contact qui est une garantie de sécurité pour lui.

 

 

Ce problème est exclusivement généré par l’humain, ce sentiment n’existe pas dans une meute de chiens.

Le processus de détachement avec l’humain n’est pas accompli à la puberté comme l’aurait fait sa mère. Le maître l’infantilise, le surprotège, s’en occupe en permanence. Il devient adulte physiquement mais reste un bébé émotionnellement !

Dès que l’animal se retrouve seul sans son être d’attachement, son anxiété surgit.

Sa pulsion d’anxiété le pousse à détruire tout ce qui porte l’odeur de son maître, la porte d’entrée ou tout accès extérieur sont attaqués car il cherche à sortir pour aller le rejoindre et à détruire tout ce qui représente un obstacle pour y arriver. Il pleure et émet des vocalises, ce comportement permet de l’appeler, comme il le ferait avec sa mère. On entend souvent les propriétaires dire « mon chien s’est vengé car je l’ai laissé tout seul » ! FAUX attention à l’anthropomorphisme, le chien ne connait pas cette émotion, il est au contraire en grande souffrance.

Beaucoup de maîtres disent également : « mon chien m’aime tellement qu’il me suit partout, même jusqu’aux toilettes ». Ils se sentent valorisés par la dépendance de leur animal mais c’est un contexte au contraire très problématique qui peut évoluer vers une dépression !

 

 

L’attachement est nécessaire, équilibrant et favorise l’indépendance, l’hyper attachement est au contraire étouffant, insécurisant, rendant l’animal dépendant !

Vous comprendrez donc toute la responsabilité que vous avez vis-à-vis de votre boule de poils afin qu’il devienne un adulte équilibré. En aimant trop on aime mal !

Votre chien souffre d’anxiété de séparation, n’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier de nos précieux conseils.  Votre chien n’est plus un chiot et présente cette anxiété, pas de panique nous avons également des solutions à vous proposer, rien n’est perdu !

 

Alexandra JACQUEMIN

 

 

Si vous souhaitez obtenir des conseils à ce sujet, inscrivez-vous à notre rendez-vous hebdomadaire de conseils donnés par notre équipe de comportementalistes (voir rubrique « Comment ça marche » de notre site internet).

contact@comportementalistespourtous.org

 

 

1 Comment

  1. Virginie dit :

    J’ai que des animaux abandonné et maltraités mais parfois c’est difficile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *