L’agressivité chez le chien : un comportement vital
01/10/2021
Montrer Tout

La malpropreté chez le chat

 

« Encore un pipi à côté de la litière ? C’est pourtant simple ! »
Vous vous reconnaissez dans ce cas et vous vous demandez ce qui ne va pas avec votre chat ? Eh bien ces quelques lignes pourraient bien vous éclairer.

La malpropreté chez le chat est un problème très fréquent et tous les chats peuvent y être confrontés à un moment de leur vie… mais pas de panique, il existe des solutions !

 

 

Quelques notions pour mieux comprendre

 

Tout d’abord, nous devons comprendre comment le chat fonctionne pour essayer de savoir ce qui le pousse à faire en dehors de sa litière. En soi, en faisant à côté du bac, le chat ne cherche pas à mal faire, et il essaye surtout de faire au mieux, même si cela peut nous paraître incompréhensible.
Il va falloir distinguer deux comportements naturels chez le chat pouvant mener à de la malpropreté :
        –   Dans un premier temps, l’élimination
        –   Dans un second temps, le marquage

 

Le chat est propre naturellement, il apprend à faire en dehors de son nid dès les premières semaines par imitation, en regardant sa mère le faire. Le chat possède un double statut de proie ET de prédateur dans la nature. Ce qui le pousse à faire ses besoins à l’écart et à les enterrer juste après. Il organise son territoire en aires, ou morceaux de territoire, et une d’entre elles est dédiée à l’élimination. Les autres aires vont servir à l’alimentation, au repos, jeux… Or, ce petit félin n’aime pas mélanger ces différents endroits et s’assure de les respecter. Le chat aime donc faire ses besoins dans des endroits calmes, à l’écart (de sa nourriture ou de l’endroit où il dort par exemple) et dans un lieu propre.


Ensuite, le chat va utiliser le marquage. C’est souvent là que l’on voit des matous lever la queue et laisser une marque, voire une odeur dont on se souviens !
C’est un comportement tout à fait naturel et c’est même un mode de communication extrêmement complexe ! Ce système repose sur le dépôt de phéromones, qui sont une substance chimique comparable aux hormones chez les humains. Ces phéromones contiennent un tas d’informations, comme le sexe du chat, à quel moment de sa vie il est, s’il est passé il y a longtemps… Les chats voisins peuvent alors capter le message. On sait que le chat est très territorial et le marquage lui sert aussi à faire respecter son territoire et prévenir les éventuels intrus.

 

 

C’est donc tout à fait normal pour un chat d’avoir ce genre de comportement mais ils peuvent parfois
sembler dérangeant dans nos foyers. Voyons alors quelques solutions et pistes pour aider à voir ce qui ne va pas !

 

 

Quelles en sont les causes ?

 

La malpropreté peut être due à tout un tas de raisons, qui diffèrent d’un chat à un autre. Même le moindre petit changement, qui pourtant nous semble insignifiant, peut amener notre chat à faire à côté.


Dans un premier temps, lorsque vous êtes face à ce problème, la première chose à faire est d’aller voir un vétérinaire. Sans rentrer dans les détails, la malpropreté peut être la manifestation de causes médicales. Le vétérinaire sera alors la personne qui pourra poser un diagnostic adéquat. Par exemple, le diabète, insuffisance rénale ou encore l’hypothyroïdie peuvent être source de malpropreté. Ce qu’il faut savoir, c’est que le vieillissement peut mener à des éliminations car le chat est dans l’impossibilité de bouger (problèmes locomoteurs, arthrose…) ou souffre d’un trouble comportemental. À noter également que le fait de castrer et de stériliser son animal limite le risque de rencontrer un problème de malpropreté, notamment pour ce qui est du marquage puisque les chats n’accorderont plus autant d’importance à marquer leurs territoires.


Ensuite, les chats peuvent décider de ne plus faire dans leurs litières car quelque chose les dérange. Cela peut être dû à l’endroit où se trouve le bac, aux caractéristiques du bac (le substrat, la couleur du bac, la forme…), aussi beaucoup à la fréquence de nettoyage et s’il y a plusieurs chats, au nombre de bac. Etant donné que le chat est très routinier (et parfois à ses préférences), le moindre changement (lieu où se trouve le bac, changement de substrat, de bac, ou autre nouvelles habitudes) peut le perturber et suffire à ce qu’il aille faire à côté. Si le chat vit une situation de peur ou stressante (soit un autre chat qui vient l’embêter ou un état maladif) qu’il associe à la litière, il peut ne plus vouloir y retourner.

 

 

La malpropreté peut être également causée par des états anxieux que vit le chat. Cette anxiété peut être engendrée par tout un tas de choses et peut parfois même venir d’un événement particulier que vous vivez. Oui, tout à fait ! Les chats, et les animaux en général sont de véritables éponges à émotions et captent très bien nos états mentaux. Ainsi, un changement dans notre vie qui nous stresserait ou nous rendrait nerveux, eh bien votre chat peut s’en trouver impacté et le manifester par un pipi dans un lieu non approprié.


Le chat utilise parfois le marquage comme moyen de se rassurer puisqu’il laisse son odeur. Mais lorsque le chat se trouve dans un état anxieux, la composition (la nature) des phéromones qu’il dépose, change et il entre ainsi dans un cercle vicieux où le marquage ne suffit plus à la rassurer. On a alors un chat pas bien dans sa tête et des pipis, voire plus, partout dans la maison…


Pour le cas de malpropreté liée à du marquage, il est possible, dans le meilleur des cas, que le problème soit lié à une contrariété passagère comme : une nouvelle odeur, une frustration, une hospitalisation… Dans l’autre cas, le chat peut être amené à faire à côté, d’une part car quelque chose le dérange sur son territoire, mais aussi car celui-ci cohabite mal avec ses congénères, que le milieu dans lequel il vit ne lui convient pas, ou que plus généralement quelque chose lui fait peur, le stress.

 

 

Mais que peut-on faire ?

 

Malgré tout cela, il y a plusieurs choses à faire pour éviter ou alors régler ce type de problème. Si vous rencontrez ce cas, n’hésitez pas à contacter nos comportementalistes, via l’association, qui seront ravis de pouvoir vous épauler et vous guider pour résoudre votre problème.

 

Il n’est pas simple, pour ne pas dire impossible, de vous donner une liste exhaustive de solutions. Il existe autant de chats qu’il existe de réponses à donner. Mais pour vous aiguiller, voici deux-trois petites choses auxquelles vous devez penser pour prévenir les risques de malpropreté :
       –   Le nettoyage du bac (à ne surtout pas négliger) : l’idéal est de passer 2 fois par jour et de faire un grand nettoyage du bac une fois par semaine.
       –   Le nombre de bac en fonction des chats : on entend souvent qu’il faut un bac en plus que le nombre de chat, eh bien c’est vrai et cela permet à tous de trouver l’endroit idéal et de diversifier les lieux.
       –   Le lieu du bac : Si possible, dans un lieu calme, à l’écart de ses gamelles, pas dans le passage et où le chat ne risque pas de se faire embêter.

 

Si vous tombez nez à nez avec un pipi en dehors de la litière, ne punissez ni ne grondez votre animal, celui-ci ne comprendra pas pourquoi et vous risquez de renforcer son stress. À la place, encourager l’usage du bac ou essayer de comprendre ce qui ne va pas en vous demandant si quelque chose à changé récemment et si cela peut en être la cause.


La malpropreté, lorsqu’elle n’est pas traitée, peut amener le chat à faire à d’autres endroits, à augmenter le niveau de stress du chat et dans certains cas mène à une dégradation des relations entre les animaux et les propriétaires car ces derniers ne comprennent pas pourquoi leur chat agit ainsi malgré tous leurs efforts.
La malpropreté occasionnelle n’est pas un souci en soi et cela peut arriver ! Mais tant que cela ne se généralise pas, pas de panique, votre chat à peut-être seulement quelque chose à exprimer.

Les chats ont d’ailleurs des messages à nous faire passer et essayent de nous les communiquer, souvent par de la malpropreté. Si toute autre cause médicale et pathologique à été écartée, il est utile de faire appel à la communication animale pour capter un éventuel message.

 

Si vous rencontrez ce genre de problème, n’hésitez pas à contacter l’association qui vous propose des consultations (à moitié prix) et même des communications animales pour répondre à tous vos besoins. Au plaisir de vous aider !

 

 

Mary CARADEC   – Le 18/10/2021

 

Afin de répondre à toutes vos questions sur ce thème nous vous proposons de nous rejoindre pour une petite conférence sur le sujet, qui sera suivie de quelques séances de conseils.

N’hésitez donc pas à vous inscrire pour profiter de ces séances gratuites, elles auront lieu Lundi 25 octobre 2021 à 19h30 : L’inscription se fait via ce lien (https://comportementalistespourtous.org/formulaire-dinscription-aux-conferences/).

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou demande sur contact@comportementalistespourtous.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *