Pourquoi ce n’est pas toujours une bonne idée de prendre un 2ème chien ?
26/01/2021
Comment établir une relation épanouie entre mes chiens ?
23/02/2021
Montrer Tout

Vivre au mieux la vieillesse de son animal

Les poils gris qui apparaissent, du mal à suivre pendant les balades, ou encore les siestes plus longues que d’habitude… cela pourrait bien être les signes que votre animal vieillit. La vieillesse, c’est un moment inévitable de la vie que l’on appréhende ou que l’on vit tous plus ou moins bien. Nos amis à quatre pattes y sont confrontés tout autant que nous et subissent également les actions du temps. Comme vous avez pu le remarquer, elle s’accompagne le plus souvent de problèmes, que ce soit comportementaux ou physiques. Autant de problèmes qui peuvent nous empêcher de profiter au maximum de tous les instants avec notre animal. Pour éviter cela et vivre ou appréhender le plus sereinement cette période, voici quelques conseils 😉

 

Qu’est ce que la vieillesse ?

Même si cette question peut paraître bête et que vous connaissez tous la réponse, il est tout de même important de clarifier quelques points pour bien comprendre les enjeux de cette période.

 

La vieillesse est donc une avancée dans l’âge. Mais tout le monde ne vieillit pas de la même façon. En effet, certains ne ressentent les effets de l’âge que plusieurs années après tout le monde, ou au contraire bien avant. Certains encore n’accepteront pas de vieillir et d’autres seront ravis de ce départ à la retraite. Eh bien, pour nos animaux, c’est pareil !

 

Pour s’appuyer sur des moyennes, on dit qu’un chien entre dans le 3ème âge vers 10 ans, même si cet âge dépendra de la race et de la taille de l’animal. En effet, les grands chiens ont un développement plus lent mais ont pourtant une espérance de vie moins longue que celle des petits chiens. Le chat quant à lui entre dans cet âge vers 8/9 ans, mais les effets du vieillissement se font souvent sentir plutôt vers 12/13 ans. Pour ce qui est du cheval, c’est à environ 20 ans qu’il atteint le 3ème âge.

 

Ce vieillissement s’accompagne de changements à différents niveaux. Tout d’abord au niveau physique, ce qui est souvent le plus facile à repérer : les poils blancs qui se font de plus en plus nombreux, le poil qui devient moins brillant, des difficultés à marcher, un essoufflement qui survient plus tôt qu’autrefois… Ensuite sur le plan comportemental et intellectuel : un animal qui semble confus, met plus de temps à faire les choses, développe certains comportements comme des aboiements, des plaintes, de la malpropreté…

 

Ce ne sont que des généralités, et encore une fois, chaque animal ne rencontre pas obligatoirement ces signes. Certains les développent plus ou moins tôt dans leur vie, voire ne les rencontrent pas du tout. Nos animaux peuvent, ou non, sentir ces changements et parfois même s’adapter en conséquence. On observe donc pendant cette période, une diminution de l’activité physique, ainsi que de l’activité exploratoire, et même parfois de contacts. En revanche, il y a souvent une augmentation de la durée de sommeil, des problèmes de vue, d’audition, et des problèmes organiques comme de l’arthrose, qui est plutôt fréquente chez les animaux âgés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Que faire ?

Là encore, la façon d’appréhender cette période va dépendre de l’animal et de vous. Dans la plupart des cas, c’est un phénomène progressif qui laisse alors le temps de prévoir et de mettre des choses en place. Lorsque les premiers signes de vieillesse se font sentir, il va être important de ne pas changer toutes les habitudes d’un seul coup. En effet, cela peut perturber l’animal, générer de l’anxiété, voire même causer des états dépressifs dans les cas les plus graves. Les chats par exemple, sont très routiniers, et le moindre petit changement peut les perturber. Il va donc falloir, en fonction de ce que peut et veut faire l’animal, progressivement s’adapter à lui, pour continuer à profiter pleinement le plus longtemps possible.

 

Pour les chiens, adapter la longueur et la fréquence des balades en conséquences, et le faire progressivement. Il est également mieux pour les chiens qui sont utilisés pour la garde ou qui possèdent un travail spécifique de ne pas partir en retraite d’un coup, mais de voir leur nombre d’heures de travail réduites d’abord ; comme une sorte de pré-retraite. C’est d’ailleurs la même chose pour les chevaux, qui sont davantage confrontés à des activités intenses, où il faut adapter les séances de travail en fonction de l’état et de l’envie du cheval pour lui éviter de trop se fatiguer ou de devenir anxieux. Le fait de diminuer la fréquence et la longueur des efforts va permettre de les préparer physiquement et mentalement à un repos bien mérité, en évitant de chambouler d’un coup leurs habitudes.

 

Il peut être utile, si possible, de faire quelques aménagements pour permettre à l’animal de conserver ses habitudes. Il y aurait des milliers d’exemples à donner et cela dépendra des moyens que vous avez et de votre esprit créatif. Par exemple, pour les chiens et les chats, faciliter l’accès au canapé, ou à d’autres lieux en hauteur par des marches pour éviter ou soulager des problèmes de dos, ou un trop gros effort. Pour les vieux chevaux, il sera possible par exemple de mettre le lieu de distribution alimentaire en hauteur plutôt que directement au sol.

 

L’alimentation doit également être ajustée selon l’animal et ses besoins. Certains chats et chiens voient leurs activités physiques réduites et ne vont alors plus avoir besoin du même apport calorique qu’autrefois. Sinon attention à la prise de poids. Certains ont aussi des problèmes de dents et de gencives et il faudra alors voir avec le vétérinaire quelle nourriture sera la mieux adaptée. Pour les chevaux, il va être important d’augmenter les apports en fibres et de leur apporter des aliments plus facile à mâcher.

 

Avec tout cela, il est recommandé de voir plus souvent son vétérinaire pour s’assurer que tout va bien ou contrôler en cas de problème. Une à deux visites par an sont préconisées pour les animaux senior.

 

Enfin, certaines Fleurs de Bach, et même parfois la communication animale, peuvent permettre, d’une part, de mieux vivre cette période pour l’homme et pour l’animal, et d’autre part, de mieux comprendre l’animal et les changements qu’il subit, afin de pouvoir agir le plus précisément possible pour son bien être.

 

 

 

 

 

 

 

 

Choses à propos desquelles il faut être vigilant !

La première des choses est, comme dit plus haut, de voir plus souvent votre vétérinaire pour assurer un bon suivi médical et pouvoir prévenir d’éventuels problèmes.

 

Ensuite, voir un ostéopathe une fois par an peut s’avérer très utile, notamment si vous remarquez des boiteries, une démarche changeante, ou même en préventif. En effet, en vieillissant, certaines tensions peuvent apparaître ou s’aggraver si elles n’ont pas été réglées auparavant. Voir le dentiste et le maréchal ferrant, ainsi que l’ostéopathe, plus souvent qu’auparavant pour les chevaux, car avec la diminution de son activité et le rythme de son métabolisme qui s’adapte avec l’âge, le cheval abîme moins vite ses pieds et ses dents, ce qui peut l’handicaper.

 

Pour ce qui est des problèmes de santé, il faut être davantage vigilant sur les points suivants :

  • Augmenter la fréquence des brossages et plus généralement de l’entretien du poil si vous constatez que votre animal a du mal à accéder à certains endroits et que son poil se ternit. Cela le soulagera un peu.
  • Surveiller également ses habitudes alimentaires : boit-il suffisamment ? En quelle quantité mange-t-il ? L’apport en eau et en nourriture pour un animal âgé doit être suffisant. L’animal doit toujours avoir de l’eau propre à volonté à disposition. Ces paramètres sont très importants car vont déterminer le niveau de santé de l’animal. En effet, lorsque son animal ne mange plus, il y a souvent des raisons de s’inquiéter.
  • Attention enfin aux animaux qui perdent trop leur état, maigrissent beaucoup etc… Cela peut être le symptôme d’un problème de santé ou comportemental. Chez les chevaux par exemple, avec l’âge, ils vont perdre souvent du poids car ils perdent du muscle, leur dentition se fatigue et leur appareil locomoteur se fragilise : d’où l’importance de bien s’adapter aux besoins de l’animal pour faciliter son quotidien autant que possible.
  • Attention également aux insuffisances rénales chez les chats âgés, qui sont plutôt fréquentes, aux problèmes articulaires chez les chevaux et les chiens. L’arthrite et l’arthrose sont des problèmes récurrents.

 

La vieillesse peut également s’accompagner de problèmes comportementaux. On peut citer quelques exemples comme de l’agressivité, qui va souvent s’expliquer par le fait que l’animal n’est plus en pleine possession de ses moyens (diminution de la vue, n’entend plus très bien…), va être plus facilement surpris et peut alors mordre. L’animal peut également agresser par irritation ou par douleur car souffrant d’un problème lié à l’âge.

 

C’est une période où l’on peut voir s’aggraver des troubles du comportement déjà présents auparavant, et qui ont été mal ou trop peu pris en charge.

 

Certains individus, peuvent être confrontés à d’autres troubles du vieillissement plus lourd comme la dépression d’involution, ou encore des syndromes confusionnels. L’animal émet alors des plaintes, semble perdu, est de plus en plus indifférent à son environnement, est moins actif ou devient malpropre. Ces troubles peuvent s’accompagner de perturbation de l’alimentation (boulimie ou anorexie par exemple) et du sommeil. Ce dernier trouble comportemental est fréquent chez les animaux ayant arrêté trop brutalement leur activité.

 

 


Pour conclure, vieillir nécessite de faire parfois quelques concessions mais qui vont servir à tirer tous les bénéfices de cette période. Le plus important, c’est d’écouter ce que votre animal veut et peut faire. Il faut, dans tous les changements (ou pas) que vous opérerez, chercher à être au plus proche de ses besoins pour lui faciliter au mieux la vie pour que lui et vous puissiez vivre le plus sereinement ces années (et le plus longtemps). Toutes les choses auxquelles il faut faire attention énumérées plus haut, sont à garder dans un coin de votre tête, mais elles ne doivent pas devenir une obsession qui vous empêcherait de vivre pleinement tous les moments avec votre animal. Profitez seulement de tous les instants avec lui, comme vous l’avez toujours fait 😉

 

Mary CARADEC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *