Mon chat est agressif : pourquoi et que faire ?
04/06/2021
La communication animale
19/09/2021
Montrer Tout

Prendre un autre chien peut-il résoudre des problèmes comportementaux ?

Votre chien a des problème de comportement et, après avoir consulté votre entourage et les spécialistes de tout et de rien du net, vous envisagez sérieusement de prendre un autre chien pour retrouver la sérénité ?

Au risque de vous décevoir, il y a moyen que vous alliez au devant de grosses déconvenues.

En effet, votre situation n’est sûrement pas la même que celle de Gérard, Kevin, Chantal ou Léa qui exposent en long, en large et en travers leur réussite sur la toile. Ce n’est pas parce que l’arrivée de leur Youki a permis à Médor de se calmer que vous connaîtrez le même succès.

Tout d’abord, mettez vous à la place du nouveau venu. Vous l’accueillez pour résoudre un problème, avant de l’accueillir pour le plaisir d’avoir un autre compagnon à part entière.
Ce n’est pas Léo, le nouveau membre de la famille, c’est Léo la solution au problème de Mirza.
Ne pensez-vous pas qu’il risque d’avoir un problème d’identité, d’avoir du mal à trouver sa place au sein de son nouveau foyer ?

D’autre part, étant le dernier arrivé, et compte tenu de la formidable adaptabilité de la gente canine, il pourrait penser que, chez vous, le fonctionnement normal est celui de Mirza et au lieu de corriger le tir comme vous l’aviez tant espéré, et prévu, il va se mettre à imiter Mirza dans tous ses débordements.
Aussi après avoir eu une bonne dose de problèmes à résoudre vous voilà maintenant affublé de la double ration !

Même si le seul souci de votre premier chien est de s’ennuyer lorsque vous n’êtes pas là, l’arrivée du second a peu de chance de changer la donne, ils s’ennuieront à deux. Pourquoi ? Parce que la personne la plus importante pour eux, c’est vous. Et plutôt que de se divertir à deux durant votre absence, ils attendront votre retour, avec plus ou moins de patience, pour pouvoir partager des moments de complicité avec vous.

 

 

Bien évidemment si le problème est plus “grave” et consiste, par exemple, en des vocalises, de la malpropreté ou des destructions, la solution envisagée est encore pire et vous risquez de vous fâcher définitivement avec votre voisinage ou de monter un partenariat avec le magasin de meubles ou de bricolage du coin de la rue dont vous deviendrez un client régulier et privilégié…


A moins que vous n’optiez pour le mini-zoo à la maison. C’est la grande tendance du moment. On ne compte plus le nombre d’individus, y compris des pseudo-professionnels, qui conseillent la cage pour la sécurité des chiens lors des absences de leur maître. Sous couvert d’éviter aux animaux de se blesser… cela donne bonne conscience à l’humain. Et tant pis s’il emprisonne son “meilleur ami” et lui impose une vie des plus misérables, surtout si le passage en cage est quotidien et dure de nombreuses heures d’affilée de jour et, dans le pire des cas, de nuit aussi…

 

 

Allez soyons sérieux 5 minutes. La seule solution pour envisager de prendre un autre chien en toute sérénité est de commencer par résoudre les problèmes comportementaux du premier chien. 

Au sein de l’association, nous serions heureux de vous accompagner dans cette démarche.

Et si tel est toujours votre souhait, une fois que Mirza sera devenu le compagnon “idéal”, nous pourrions aussi vous conseiller dans le choix du Léo approprié à votre famille.

Dans un premier temps il faudra vous assurer que vos finances seront à la hauteur.
Car qui dit 2eme chien dit doublement des dépenses. En nourriture, tout d’abord ,qui est, normalement, le poste principal à pourvoir. Mais aussi en couchages, jouets, produits d’entretien et de soins, et autres frais de garde éventuels si vous partez en vacances ou week-end sans eux.. sans oublier les frais vétérinaires qui peuvent peser très lourd dans la balance. Il faudra aussi penser à la place occupée par le nouvel arrivant dans la maison comme dans la voiture.

Vous devrez aussi être sûr qu’il sera accueilli avec plaisir par toute la famille et que vous pourrez vous dégager suffisamment de temps pour vous occuper des 2 chiens, en octroyant à chacun des moments en solo en votre compagnie.

Et bien évidemment il faudra être certain que votre compagnon est prêt à accueillir un nouvel ami à la maison. Car c’est une chose que de rencontrer des copains de jeux au cours de promenades. Mais vivre à plein temps en partageant sa gamelle, son territoire, et son maître ou sa maîtresse avec un congénère en est une autre.
Une communication animale, que nous pratiquons dans l’association, pourrait vous fixer sur ce point. Bien sûr, il faut que vous soyez d’accord de respecter le choix de votre animal avant de faire cette communication, sinon il pourrait se sentir trahi au cas ou vous décideriez de ne pas suivre son avis.
Une fois la cause entendue, la quête du meilleur compagnon de jeu peut commencer.
De préférence il faudra prendre un chien pas trop différent du vôtre.
Par exemple éviter que la taille des 2 protagonistes soit trop disparate, surtout si l’un des deux est très remuant. Un boxer qui joue avec un yorkshire a plus de risques de le blesser involontairement lors d’une séance de folie que s’il s’amuse avec un autre boxer ou avec un labrador.
De même si votre chien est jeune n’accueillez pas un compagnon trop âgé qui risquerait de ne pas apprécier sa fougue.
Et, autant que faire se peut, adoptez un ami ayant les mêmes besoins, en termes d’activités notamment. Si lors des ballades un des deux avance lentement et s’arrête au bout de 15 minutes parce qu’il est fatigué tandis que l’autre file à toute vitesse et est prêt à parcourir des kilomètres avant de commencer à tirer la langue, ce qui devait être une partie de plaisir risque de se transformer en calvaire pour tout le monde.

Une fois le candidat rêvé sélectionné, il faudra faire valider votre choix par votre animal en les faisant se rencontrer en lieu neutre puis, si possible, sur le territoire familial.
Si d’emblée ils commencent à jouer ensemble la partie a de bonnes chances d’être gagnée. S’ils s’ignorent ou, pire, s’affrontent, mieux vaut repartir à la recherche d’un autre compagnon.

Lorsque celui-ci sera enfin déniché et avant son arrivée à la maison, il va vous falloir apprendre à gérer cette mini-meute afin de ne pas mettre les 2 compères en porte à faux.
Mais rassurez-vous nous pouvons aussi vous accompagner dans cette nouvelle étape et vous donner les clefs pour que tout se passe pour le mieux et que la relation entre animaux puis entre humains et animaux soit harmonieuse.

Bertrand ELINEAU

 

 

 

Cliquez ici pour visionner le replay de la conférence sur ce sujet ! 

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou demande sur contact@comportementalistespourtous.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *