Pourquoi vivre une relation bienveillante avec son chien ?
25/04/2019
Montrer Tout

Les animaux dans les maisons de retraite

Les animaux dans les maisons de retraite 

Il est reconnu maintenant que les animaux de compagnie ont un rôle positif sur la santé et le moral des personnes âgées. Le chien et le chat étant bien souvent les meilleurs amis de l’Homme, cela est d’autant plus vrai pour les personnes qui se retrouvent en maison de retraite. De plus en plus d’Ehpad permettent l’accès aux animaux dans leurs résidences, non sans quelques contraintes.

L’Anesm (agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux) assure que « la médicalisation des établissements et le respect des normes hygiéniques peuvent limiter, voire interdire la présence d’animaux dans les règlements intérieurs », mais aucune législation n’interdit aujourd’hui leur présence.

 

D’autre part, d’un point de vue réglementation, depuis 1986 « les personnes âgées qui ont un animal domestique doivent être autorisées à le garder avec elles, dans la mesure où il ne créera pas une contrainte anormale pour le personnel et où il ne gênera pas la tranquillité des autres résidents ». Le résident doit donc être en mesure de s’occuper lui-même de son animal. C’est donc l’hygiène et la médicalisation qui peuvent freiner ou interdire leur présence (à voir avec le règlement intérieur). Aussi il ne sera pas autorisé dans les parties collectives telles que réfectoires (selon l’arrêté du 29 septembre 1997, sauf pour les chiens guide d’aveugle). En général il suffit de bien noter par écrit (avec le résident et ses proches) qui est chargé de nourrir l’animal, de le sortir dans les zones définies, de réaliser son suivi vétérinaire, de veiller à son entretien.

 

Malgré tout, beaucoup d’établissements refusent encore d’accueillir les animaux domestiques, mais dans ce cas, il existe des solutions (associations, fondations…)

Pouvoir emménager en maison de retraite avec son animal permet de limiter le sentiment d’isolement et de déracinement, il y a là une présence connue et rassurante. De plus il permet une véritable intégration pour le bien-être des résidents.

 

 

Les avantages de garder son animal de compagnie pour les personnes âgées :

  • l’animal est affectueux, il apporte un sentiment de paix et de tranquillité, il rassure
  • l’animal est fidèle, les personnes âgées se sentent moins seules
  • il ne juge pas et accepte son maître tel qu’il est, même vieillissant
  • il apaise les tensions psychiques et physiques
  • il réconforte avec son mode d’expression à lui: la communication non verbale (l’animal communique en utilisant le langage du corps, avec les yeux, les oreilles, la gueule, la queue, les postures…)
  • il est une source de distraction et de valorisation car il a besoin de son maître
  • il favorise les liens sociaux et permet des rencontres
  • il améliore la vigilance et l’autonomie

–    il rend responsable et force à bouger (le sortir, le nourrir, le toiletter…). Le nourrir permet de garder des repères spatiaux et temporels. Le sortir et le toiletter permettent de garder une certaine agilité et mobilité

–    il permet de lutter contre la solitude, la dépression et la maladie

La zoothérapie :

Il s’agit d’une activité thérapeutique faisant intervenir des animaux extérieurs tels que chiens, chats mais aussi lapins, chevaux… Pour les personnes âgées qui n’ont pas d’animal, ou qui ne sont pas (ou plus) en capacité de s’en occuper, des actions peuvent être installées dans les structures pour accueillir ceux que l’on nomme “animaux visiteurs”. Ce sont des animaux de différentes espèces, races, tailles, bien éduqués et calmes, habitués à être au contact de personnes âgées. La zoothérapie permet d’entretenir et d’améliorer la santé psychique et physique des personnes âgées grâce à la participation d’animaux amenés exprès à leur rencontre dans le cadre d’un projet de socialisation. Les animaux interviennent très bien dans les thérapies de groupe car ils favorisent l’échange et les interactions sociales.

 

 

Ils permettent aussi aux personnes atteintes d’Alzheimer de recouvrer certains souvenirs. Pour de nombreux résidents le contact avec ces animaux leur permet de rompre la solitude, leur remémore des souvenirs et leur fait oublier, l’espace d’une séance, leur état de santé.

C’est donc une thérapie sérieuse de plus en plus développée, reconnue bénéfique par le Ministère de la Santé. L’intérêt de cette thérapie, par rapport au fait d’avoir son propre animal de compagnie, est que celle-ci permet de profiter des avantages d’un animal sans avoir à s’en occuper et qu’elle est accompagnée d’un thérapeute qui gère les séances, potentialisant ainsi les effets des échanges.

Certaines maisons de retraite ont même décidé de créer de mini-fermes au sein de leur établissement accessibles aux résidents.

 

En maison de retraite, le temps est parfois triste et long pour ceux qui y résident. Les douleurs, la fatigue, la solitude mais aussi l’ennui altèrent le moral des personnes âgées. Même si cette pratique ne remplace en rien un médecin, les infirmières ou un psychologue, le fait est que cet échange permet de réveiller un sourire et un sentiment de bien-être. La médiation animale permet de se valoriser, de se motiver, d’interagir, d’être attentif et de faire quelque chose juste par plaisir, sans se forcer. Au contact des animaux les personnes sont transformées. Et si la médiation animale était la solution pour adoucir cette période de vie ?

Valérie Gonnet

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *