Vous croyez tout connaitre de votre chien ? et s’il s’agissait d’idées reçues ?
14/02/2019
Pourquoi vivre une relation bienveillante avec son chien ?
25/04/2019
Montrer Tout

Dans quels cas la muselière peut-elle être utilisée dans l’éducation du chien ?

Dans quels cas la muselière peut-elle être utilisée dans l’éducation du chien ? 

 

 

Je ne vais pas développer dans cet article le port de la muselière qui est imposé par la loi pour les chiens de 1ère et 2ème  catégorie. A savoir également que votre chien doit aussi être muselé pour avoir accès aux transports en commun, et ce, quel que soit la race, à partir du moment où votre animal ne tient pas dans un panier ou une petite caisse de transport. Souvent au-delà de 6 kg.

Je vais présenter deux cas pour lesquels l’utilisation d’une muselière peut être une aide pour l’éducation du chien :

1er cas : Le chien agressif envers ses congénères lors des promenades

 

 

Il y a plusieurs raisons pour que votre chien ait un comportement agressif envers les autres chiens. Cela dépend de sa race et donc de son hérédité, de la manière dont vous l’avez socialisé en multipliant les contacts avec d’autres chiens dès son plus jeune âge ou pas, de la place qu’il occupe dans sa famille humaine, de son tempérament (dominant ou peureux), bref de son vécu. Souvent les problèmes apparaissent quand 2 chiens se rencontrent, chacun tirant sur sa laisse, le maître tirant en sens inverse. Un ou les deux chiens se montrent alors agressifs en essayant de sauter sur « son adversaire » avec un grognement et les babines retroussées. Heureusement il y a généralement plus de peur que de mal, beaucoup de bruit mais peu de morsures quand les chiens sont de même gabarit. La réaction d’un chien promené en laisse est différente de celle d’un chien en liberté. En effet 2 animaux  qui se rencontrent en étant libres de leurs mouvements peuvent utiliser les signes du code canin et faire connaissance en se reniflant.

 

 

Les deux mêmes chiens qui se seraient rencontrés sans être tenus en laisse ne se seraient pas forcément battus. En effet, un chien tenu en laisse est souvent plus agressif, car soit il se sent plus fort car vous êtes avec lui, soit il ressent votre peur et il veut vous protéger. Et c’est l’engrenage dans un cercle vicieux. Votre chien aboie et grogne en tirant sur sa laisse dès qu’il croise un congénère, alors  vous appréhendez toute rencontre, le chien sent votre stress et devient de plus en plus agressif car il se sent conforté dans son comportement. Vous n’osez plus le lâcher et cherchez des endroits peu fréquentés pour promener votre animal.

C’est ici que la muselière va vous être utile. En effet ce que vous redoutez, c’est que votre animal morde un autre. Donc en mettant une muselière à votre chien, vous éliminez ce risque et vous allez pouvoir vous détendre et être plus serein. Vous allez même pouvoir détacher votre animal (s’il a un bon rappel) car vous savez qu’il ne représente plus un danger pour les autres. Ce travail avec la muselière va permettre  de (re)sociabiliser votre chien en y allant progressivement. Ici la muselière est un outil pour permettre au maître d’effectuer les exercices conseillés par le comportementaliste afin de résoudre ce problème d’agressivité qui doit être vu dans une approche globale de l’animal. Elle permet de continuer à sortir votre animal pour qu’il se défoule et d’éviter une attaque qui peut être dramatique sur un petit chien.

                                                         

2ème cas : Le chien qui continue d’aboyer quand on lui demande de se taire.

 

 

Il est tout à fait normal que le chien aboie quand quelqu’un arrive ou quand il entend un bruit inhabituel ou qu’il voit quelque chose de bizarre. Il a été sélectionné depuis son association avec l’humain pour justement donner l’alerte. En aboyant, il fait « son boulot ». Là où ça devient dérangeant et non acceptable c’est quand le chien continue d’aboyer alors que nous lui avons demandé d’arrêter. Et c’est dans cette situation que la muselière va nous être utile. Pour punir un chien, on peut, soit l’isoler un petit moment, soit dans ce cas précis utiliser la muselière comme punition. Pour cela, utilisez la règle du 1/2/3. Vous dites une fois « Médor ! Assez ! » (ou tout ordre que vous avez choisi mais toujours le même), une deuxième fois en étant plus sec et en levant le doigt : « Attention, Médor, Assez ! ». Troisième fois vous lui mettez une muselière qui l’empêche d’aboyer. Vous la lui laissez quelques minutes. Par contre pour obtenir des résultats il faut appliquer cette méthode de façon systématique. A 3, c’est la muselière s’il continue d’aboyer. C’est la même règle du 1/2/3 qui marche très bien aussi avec les enfants (sans la muselière J).

 

Quelle muselière utiliser ?

Dans le premier cas il faut une muselière solide  que le chien ne puisse pas enlever. Mais il faut cependant qu’il puisse haleter et boire sans être gêné car il va la porter tout le temps de la promenade. La muselière la plus adaptée est celle de Baskerville.

 

 

Dans le second cas la petite muselière en nylon fera parfaitement l’affaire car elle l’empêchera d’aboyer en fermant son museau. Elle est faite pour être gardée peu de temps.

 

 

Et si vous avez un chien avec un nez aplati, il existe des muselières adaptées à leur museau court.

 

La muselière n’est qu’un outil utilisé sur  un temps donné jusqu’à ce que le comportement gênant ait disparu suite au travail effectué sur la relation Homme/Animal et la mise en place des solutions prises avec l’aide du comportementaliste. La muselière est une aide qui, en empêchant le chien de mordre et (ou) d’aboyer, facilite la mise en place d’un nouveau comportement. La muselière s’utilise de la même façon pour éduquer le chien qui course les cyclistes ou les joggers afin de ne prendre aucun risque qu’il morde une personne lors des exercices proposés pour détourner le chien de son comportement instinctif de poursuite.

Sauf dans le cas de l’aboiement, la muselière ne doit pas être prise comme une punition mais comme un accessoire permettant un travail avec le chien en toute sécurité. Il faudra habituer le chien progressivement à l’accepter et à l’associer à quelque chose de positif. Commencez par quelques minutes et augmentez ensuite.

 

Patricia Jacq

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *